Accueil
C’est face à la difficulté de nourrir sa famille que Joseph, frère aîné de Jean –la fratrie, qui compte sept enfants, est orpheline de père-, choisit de diversifier l’activité agricole familiale. Il achète un alambic et commence à distiller des excédents de vins de Bourgogne. C’est ainsi que Jean s’initie à la distillation des produits de la vigne, afin de produire des eaux-de-vie.
Valoriser les ressources : l’écologie avant l’heure
En 1911, dans un contexte champenois difficile, Jean Goyard se lance le défi de valoriser les ressources encore exploitables du vignoble de Champagne : il ne comprend pas pourquoi les Maisons de Champagne laissent pourrir les aignes après le pressurage des raisins. Il se lance alors dans la distillation des marcs de raisins. Pendant les années de guerre, de 1914 à 1918, Jean Goyard est mobilisé sur le front. C’est son épouse Bérangère Mainguet, champenoise originaire de Montmort, qui continue à faire fonctionner la distillerie. Elle souhaitait que, dès son retour du front, Jean Goyard retrouve une affaire de distillation sinon prospère, au moins toujours en activité.
Dès les années 1930, Jean Goyard parcourt la Champagne avec douze alambics, qui viennent compléter l’atelier installé à Aÿ en 1925.
De l’artisanat au développement industriel
Très tôt, Jean Goyard fait le choix de diversifier son activité commerciale. Il démarre une production de ratafia qui vient renforcer la gamme de produits de la distillerie, principalement constituée d’eaux-de-vie de marc et de vin. Durant la Seconde Guerre Mondiale, la distillerie ralentit son activité. En 1944, elle est touchée par les bombardements. Successeur de Jean Goyard à la tête de la distillerie, son gendre Roger Keene, qui a épousé Marie-Antoinette, l’une des filles de Jean Goyard, fait face aux difficultés des années d’après-guerre. Ce n’est qu’au début des années 1970, avec l’institutionnalisation des alcools viniques obligatoires et le développement de nouveaux produits, que l’activité redevient prospère.
De génération en génération, la famille Goyard perpétue le savoir-faire développé par les deux frères en matière de distillation.
Les années 1980 à 2000 sont marquées par l'évolution des techniques et la volonté de développer de nouveaux marchés, tout en renforçant la qualité des produits et en s'adaptant aux besoins des clients. En découle une augmentation considérable des volumes de production. Toujours fidèle à l'esprit d'origine et à cette détermination à mettre en avant les ressources du vignoble et à valoriser les sous-produits de la vigne, la Distillerie multiplie ses débouchés.
Précédent
Suivant
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération     Mentions légales • Crédits / FREN